02.09.2022 - BASF SE

BASF, SABIC et Linde lancent la construction de la première usine de démonstration au monde pour des fours de craquage à vapeur à grande échelle chauffés électriquement.

La technologie a le potentiel de réduire les émissions de CO2 d'au moins 90 % par rapport aux vapocraqueurs classiques.

BASF, SABIC et Linde ont commencé la construction de la première usine de démonstration au monde pour des fours de craquage à vapeur à grande échelle chauffés électriquement. En utilisant de l'électricité provenant de sources renouvelables au lieu du gaz naturel, cette nouvelle technologie a le potentiel de réduire les émissions deCO2 de l'un des processus de production les plus énergivores de l'industrie chimique d'au moins 90 % par rapport aux technologies couramment utilisées aujourd'hui.

L'installation de démonstration sera entièrement intégrée à l'un des vapocraqueurs existants sur le site BASF de Verbund à Ludwigshafen, en Allemagne. Elle testera deux concepts de chauffage différents, traitant environ 4 tonnes d'hydrocarbures par heure et consommant 6 mégawatts d'énergie renouvelable. Le démarrage de l'usine de démonstration est prévu pour 2023.

BASF et SABIC investissent ensemble dans le projet et l'usine de démonstration sera exploitée par BASF. Linde est le partenaire d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction du projet et commercialisera à l'avenir les technologies développées.

Pour soutenir le développement de la nouvelle technologie de four, le projet a reçu 14,8 millions d'euros du ministère fédéral allemand des affaires économiques et de l'action climatique dans le cadre de son programme de financement "Décarbonisation dans l'industrie". Ce programme soutient les industries à forte consommation d'énergie en Allemagne dans leurs efforts pour atteindre la neutralité carbone.

" La mission de BASF est d'atteindre la neutralité climatique, et l'électrification du vapocraqueur extrêmement énergivore est une étape importante dans notre parcours de transformation vers le zéro net ", a déclaré le Dr Martin Brudermüller, président du conseil d'administration de BASF SE. "Nous sommes fiers que BASF se soit vu accorder un financement de projet par le ministère fédéral allemand des affaires économiques et de l'action pour le climat, car cela témoigne du soutien de notre approche également par les décideurs politiques."

Yousef Al-Benyan, vice-président et PDG de SABIC, a déclaré : "Notre vision est de transformer notre activité et de contribuer à relever les défis mondiaux urgents par une gestion efficace du carbone. Ce projet présente un énorme potentiel pour l'ensemble de l'industrie pétrochimique dans le monde, dans le cadre de nos efforts pour mettre en place des processus à faible émission de carbone. Avec l'étape importante que nous annonçons conjointement aujourd'hui sur le début de la construction, nous espérons que notre collaboration tripartite pourra inspirer beaucoup d'autres collaborations qui, au final, amèneront le monde à des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles grâce à une économie circulaire du carbone."

"Ce projet démontre comment des entreprises mondiales peuvent collaborer avec succès en combinant leur expertise en matière de développement technologique, d'ingénierie, d'approvisionnement et d'exécution et d'exploitation de la construction. La livraison en temps voulu de l'usine de démonstration constituera une étape importante sur la voie de la mise à disposition de solutions durables pour l'industrie pétrochimique. Nous sommes fiers de participer à ce projet révolutionnaire", a déclaré Jürgen Nowicki, vice-président exécutif de Linde plc et PDG de Linde Engineering.

L'usine de démonstration vise à démontrer que la production continue d'oléfines est possible en utilisant l'électricité comme source de chaleur. L'usine est conçue de manière à ce que deux concepts de chauffage puissent être testés en parallèle : Le chauffage direct applique un courant électrique directement aux tubes de traitement à l'intérieur du réacteur ; le chauffage indirect utilise la chaleur radiative d'éléments chauffants placés autour des tubes. L'essai de ces deux concepts permettra de réagir avec souplesse aux différentes exigences des clients et des sites.

Les vapocraqueurs jouent un rôle central dans la production de produits chimiques de base et nécessitent une quantité importante d'énergie pour décomposer les hydrocarbures en oléfines et en aromatiques. En général, la réaction est conduite dans des fours à des températures d'environ 850 degrés Celsius. Aujourd'hui, ces températures sont atteintes en brûlant des combustibles fossiles. Le projet vise à réduire les émissions deCO2 en alimentant le processus en électricité.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Faits, contextes, dossiers
  • émissions de CO2
  • craqueurs à vapeur
  • energies renouvelables
  • décarbonisation
Plus sur BASF