04.11.2022 - Eidgenössische Technische Hochschule Zürich (ETH Zürich)

Un nouveau composant quantique fabriqué à partir de graphène

Pour la première fois, des chercheurs de l'ETH Zurich ont réussi à fabriquer un composant supraconducteur à partir de graphène, cohérent sur le plan quantique et sensible aux champs magnétiques.

Il y a moins de 20 ans, Konstantin Novoselov et Andre Geim ont créé pour la première fois des cristaux bidimensionnels constitués d'une seule couche d'atomes de carbone. Connu sous le nom de graphène, ce matériau a connu toute une carrière depuis lors. En raison de sa résistance exceptionnelle, le graphène est aujourd'hui utilisé pour renforcer des produits tels que les raquettes de tennis, les pneus de voiture ou les ailes d'avion. Mais c'est aussi un sujet intéressant pour la recherche fondamentale, car les physiciens ne cessent de découvrir de nouveaux phénomènes étonnants qui n'ont pas été observés dans d'autres matériaux.

La bonne torsion

Les cristaux de graphène bicouche, dans lesquels les deux couches atomiques sont légèrement tournées l'une par rapport à l'autre, sont particulièrement intéressants pour les chercheurs. Il y a environ un an, une équipe de chercheurs dirigée par Klaus Ensslin et Thomas Ihn au Laboratoire de physique des solides de l'ETH Zurich a pu démontrer que le graphène torsadé pouvait être utilisé pour créer des jonctions Josephson, les éléments fondamentaux des dispositifs supraconducteurs.

Sur la base de ces travaux, les chercheurs ont pu produire le premier dispositif d'interférence quantique supraconducteur, ou SQUID, à partir de graphène torsadé, dans le but de démontrer l'interférence de quasi-particules supraconductrices. Les SQUID conventionnels sont déjà utilisés, par exemple en médecine, en géologie et en archéologie. Leurs capteurs sensibles sont capables de mesurer les plus petites variations des champs magnétiques. Cependant, les SQUIDs ne fonctionnent qu'avec des matériaux supraconducteurs et doivent donc être refroidis à l'hélium ou à l'azote liquide lorsqu'ils fonctionnent.

Dans la technologie quantique, les SQUIDs peuvent accueillir des bits quantiques (qubits), c'est-à-dire des éléments permettant d'effectuer des opérations quantiques. "Les SQUID sont à la supraconductivité ce que les transistors sont à la technologie des semi-conducteurs : les éléments de base de circuits plus complexes", explique M. Ensslin.

Le spectre s'élargit

Les SQUID en graphène créés par le doctorant Elías Portolés ne sont pas plus sensibles que leurs homologues conventionnels en aluminium et doivent également être refroidis à des températures inférieures à 2 degrés au-dessus du zéro absolu. "Il ne s'agit donc pas d'une percée pour la technologie SQUID en tant que telle", déclare M. Ensslin. Cependant, elle élargit considérablement le spectre d'application du graphène. "Il y a cinq ans, nous étions déjà en mesure de montrer que le graphène pouvait être utilisé pour construire des transistors à électron unique. Aujourd'hui, nous avons ajouté la supraconductivité", explique M. Ensslin.

Ce qui est remarquable, c'est que le comportement du graphène peut être contrôlé de manière ciblée en polarisant une électrode. En fonction de la tension appliquée, le matériau peut être isolant, conducteur ou supraconducteur. "Le riche spectre des possibilités offertes par la physique de l'état solide est à notre disposition", déclare M. Ensslin.

Il est également intéressant de constater que les deux éléments fondamentaux d'un semi-conducteur (transistor) et d'un supraconducteur (SQUID) peuvent désormais être combinés dans un seul matériau. Cela permet de construire de nouvelles opérations de contrôle. "Normalement, le transistor est fabriqué en silicium et le SQUID en aluminium", explique M. Ensslin. "Ce sont des matériaux différents qui nécessitent des technologies de traitement différentes".

Un processus de production extrêmement difficile

La supraconductivité du graphène a été découverte par un groupe de recherche du MIT il y a cinq ans, mais il n'y a qu'une douzaine de groupes expérimentaux dans le monde qui s'intéressent à ce phénomène. Ils sont encore moins nombreux à être capables de convertir le graphène supraconducteur en un composant fonctionnel.

La difficulté réside dans le fait que les scientifiques doivent effectuer plusieurs étapes de travail délicates les unes après les autres : Tout d'abord, ils doivent aligner les feuilles de graphène à l'angle exact les unes par rapport aux autres. Les étapes suivantes comprennent ensuite la connexion des électrodes et la gravure des trous. Si le graphène devait être chauffé, comme cela arrive souvent lors du traitement en salle blanche, les deux couches se réalignent et l'angle de torsion disparaît. "Toute la technologie standard des semi-conducteurs doit être réajustée, ce qui en fait un travail extrêmement difficile", explique M. Portolés.

La vision des systèmes hybrides

Ensslin a une longueur d'avance. Un grand nombre de technologies de qubits différentes sont en cours d'évaluation, chacune ayant ses propres avantages et inconvénients. Pour l'essentiel, ces travaux sont menés par différents groupes de recherche au sein du Centre national de compétence en science et technologie quantiques (QSIT). Si les scientifiques parviennent à coupler deux de ces systèmes à l'aide de graphène, il pourrait être possible de combiner également leurs avantages. "On obtiendrait ainsi deux systèmes quantiques différents sur le même cristal", explique M. Ensslin.

Cela générerait également de nouvelles possibilités pour la recherche sur la supraconductivité. "Avec ces composants, nous pourrions être mieux à même de comprendre comment la supraconductivité dans le graphène apparaît en premier lieu", ajoute-t-il. "Tout ce que nous savons aujourd'hui, c'est qu'il existe différentes phases de supraconductivité dans ce matériau, mais nous n'avons pas encore de modèle théorique pour les expliquer."

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Eidgenössische Technische Hochschule Zürich (ETH Zürich)

Recommander les actualités PDF / Imprimer article

Partager

Faits, contextes, dossiers
  • graphène
  • supraconducteurs
Plus sur ETH Zürich
  • Actualités

    Produire des engrais sans émissions de carbone

    Des chercheurs de l'ETH Zurich et de la Carnegie Institution for Science ont montré comment les engrais azotés pourraient être produits de manière plus durable. Cela est nécessaire non seulement pour protéger le climat, mais aussi pour réduire la dépendance à l'égard des importations de gaz ... en savoir plus

    Un pack double de nanoparticules refroidies

    Des chercheurs de l'ETH ont mis au point une technique permettant de refroidir simultanément plusieurs nanoparticules à des températures de quelques millièmes de degré seulement au-dessus du zéro absolu. Cette nouvelle méthode peut être utilisée pour étudier les effets quantiques de plusieu ... en savoir plus

    Senteurs durables de la montagne des dieux

    Freideriki Michailidou, chimiste à l'ETH Zurich, développe de nouveaux procédés pour la production durable d'ingrédients de parfumerie. Dans un premier temps, elle a étudié les odeurs de plantes aromatiques rares qui ne poussent que sur le mont Olympe, en Grèce. L'odeur d'un produit influe ... en savoir plus