29.04.2022 - BASF SE

BASF réalise un excellent EBIT avant éléments spéciaux malgré la hausse significative des prix de l'énergie et des matières premières.

Les ventes atteignent 23,1 milliards d'euros

Le premier trimestre 2022 a été caractérisé par une hausse significative des prix de l'énergie et des matières premières ainsi que par des perturbations de la chaîne d'approvisionnement. " Néanmoins, nous avons connu un très bon début d'année 2022 ", a déclaré le Dr Martin Brudermüller, président du conseil d'administration de BASF SE, lors de l'assemblée générale annuelle virtuelle de la société cette année. BASF avait déjà publié des chiffres préliminaires le 11 avril 2022.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 3,7 milliards d'euros par rapport au premier trimestre 2021 pour atteindre 23,1 milliards d'euros. La croissance du chiffre d'affaires est principalement due à la hausse des prix, notamment dans les segments des produits chimiques et des matériaux. Des effets de change positifs dans tous les segments ont soutenu la performance des ventes. Une légère baisse des volumes de vente a globalement eu un effet compensatoire. La croissance des volumes dans les segments Solutions agricoles, Solutions industrielles, Matériaux, Nutrition & Soins et Produits chimiques n'a pas pu compenser entièrement la baisse des volumes dans le segment Technologies de surface.

Le résultat d'exploitation (EBIT) avant éléments spéciaux a augmenté de 497 millions d'euros pour atteindre 2,8 milliards d'euros. Cette augmentation est en grande partie attribuable à la croissance considérable des bénéfices dans le segment des produits chimiques. Les segments Solutions industrielles, Matériaux et Nutrition & Soins ont également augmenté de manière significative l'EBIT avant éléments spéciaux. Le segment Agricultural Solutions a enregistré une légère hausse de l'EBIT avant éléments spéciaux. L'EBIT avant éléments spéciaux du segment Surface Technologies a considérablement diminué, principalement en raison d'une demande beaucoup plus faible de l'industrie automobile.

L'EBIT a augmenté de 474 millions d'euros par rapport au premier trimestre 2021 pour atteindre 2,8 milliards d'euros. Le résultat net s'est élevé à 1,2 milliard d'euros, contre 1,7 milliard d'euros au trimestre précédent. Cela s'explique par les charges de dépréciation comptabilisées par Wintershall Dea, que BASF a incluses dans le résultat net des participations sur une base proportionnelle (72,7 %) en tant que charge spéciale d'environ 1,1 milliard d'euros. Ces dépréciations ont été déclenchées par la guerre en Ukraine et les conséquences politiques qui en découlent et ont concerné, outre le prêt Nord Stream 2, des actifs en Russie et dans le secteur du transport de gaz.

Amélioration du flux de trésorerie opérationnel au premier trimestre 2022.

Les flows de trésorerie liés aux activités opérationnelles se sont élevés à moins 290 millions d'euros, soit une amélioration de 235 millions d'euros par rapport au premier trimestre 2021. Cette augmentation - malgré la hausse des liquidités immobilisées dans le fonds de roulement net en raison de l'augmentation des coûts des intrants et de la forte hausse des ventes - est principalement attribuable à l'amélioration de la performance opérationnelle. Le cash flow libre s'est amélioré de 88 millions € pour atteindre moins 893 millions €.

Proposition d'un dividende de 3,40 € par action

Le conseil d'administration et le conseil de surveillance de BASF SE proposent à l'assemblée générale annuelle des actionnaires qui se tient aujourd'hui un dividende de 3,40 € par action pour l'exercice 2021. En supposant qu'une résolution correspondante soit adoptée par les actionnaires, BASF versera un total d'environ 3,1 milliards d'euros le 4 mai 2022. "Ce paiement est plus que couvert par notre solide flux de trésorerie disponible de 3,7 milliards d'euros généré en 2021", a déclaré Brudermüller. La date de détachement du dividende, c'est-à-dire le jour où l'action BASF sera négociée sans que le montant du dividende soit reflété dans le cours de l'action, est fixée au 2 mai 2022.

Perspectives du groupe BASF pour 2022

Les perspectives macroéconomiques mondiales sont actuellement soumises à une très grande incertitude. En particulier, il est impossible de prévoir l'évolution de la guerre en Ukraine et son impact sur les prix et la disponibilité de l'énergie et des matières premières.

Par conséquent, BASF maintient actuellement ses hypothèses macroéconomiques pour l'exercice 2022 :

  • Croissance du produit intérieur brut : 3,8 %.
  • Croissance de la production industrielle : 3,8 %.
  • Croissance de la production chimique : 3,5 pour cent
  • Taux de change moyen euro/dollar de 1,15 $ par euro
  • Prix annuel moyen du pétrole (Brent) de 75 dollars par baril.

Les prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice du groupe BASF pour l'exercice 2022, telles que publiées dans le rapport BASF 2021, sont maintenues :

  • Un chiffre d'affaires compris entre 74 et 77 milliards d'euros.
  • EBIT avant éléments spéciaux compris entre 6,6 milliards d'euros et 7,2 milliards d'euros.
  • Rendement des capitaux employés (ROCE) compris entre 11,4 % et 12,6 %.
  • Émissions deCO2 comprises entre 19,6 millions de tonnes métriques et 20,6 millions de tonnes métriques.

L'environnement de marché reste dominé par un niveau d'incertitude exceptionnellement élevé. Des risques peuvent découler de nouvelles augmentations des prix des matières premières et de nouvelles sanctions contre la Russie, telles qu'un embargo sur le gaz naturel, ou de restrictions des approvisionnements en gaz en provenance de Russie à la suite de contre-sanctions. D'autres risques pourraient découler de l'évolution future de la pandémie de coronavirus et de l'adoption de mesures plus durables ou nouvelles pour contenir le nombre d'infections, notamment en Chine. Des opportunités pourraient découler du maintien de marges élevées.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Plus sur BASF