Les microplastiques modifient la flore intestinale des oiseaux de mer

Une nouvelle approche de la recherche combine les microplastiques et la recherche sur le microbiome

30.03.2023 - Allemagne

Plus il y a de microplastiques/order_t/'>microplastiques dans les intestins des oiseaux de mer, plus la diversité microbienne change, avec pour conséquence une diminution des bactéries bénéfiques et une augmentation des pathogènes, ainsi que des microbes résistants aux antibiotiques et dégradant les plastiques. Tel est le résultat d'une étude sur le microbiome intestinal des oiseaux sauvages. L'étude menée par des chercheurs de l'université d'Ulm et des partenaires du Portugal et du Canada a été publiée dans la revue scientifique Nature Ecology & Evolution.

Image symbolique

La pollution de l'environnement par les microplastiques est un problème d'actualité. Les microplastiques sont des particules de plastique d'une taille inférieure à 5 millimètres. Ce plastique - souvent formé par la fragmentation de morceaux de plastique plus grands - est aujourd'hui omniprésent. Des microplastiques ont même été détectés dans les grands fonds marins et dans des régions reculées comme l'Antarctique. Il existe peu de mesures efficaces pour réduire ou combattre systématiquement la pollution microplastique à l'échelle mondiale. "C'est probablement parce qu'il y a actuellement peu de preuves que les quantités de microplastiques déjà présentes dans l'environnement ont un impact négatif sur la santé des espèces affectées", explique le premier auteur, Gloria Fackelmann, qui a mené cette étude dans le cadre de sa thèse de doctorat à l'Institut d'écologie évolutive et de génomique de conservation de l'université d'Ulm, en Allemagne.

Dans leur étude, les scientifiques ont examiné le microbiome intestinal de deux espèces d'oiseaux marins, le fulmar boréal(Fulmarus glacialis) et le puffin de Cory(Calonectris borealis). Ces deux espèces vivent principalement en haute mer et se nourrissent de mollusques marins, de crustacés et de poissons. En outre, les deux espèces migrent sur des milliers de kilomètres au cours de l'année, ce qui permet de tirer des conclusions globales.

Dans cette étude, les chercheurs ont caractérisé le microbiome intestinal de 85 oiseaux de mer en utilisant le séquençage à haut débit. Les microplastiques filtrés du tractus gastro-intestinal des oiseaux de mer disséqués à travers un tamis de 1 mm ont été examinés au microscope optique et caractérisés à l'aide d'un protocole standard pour les oiseaux de mer.

L'ingestion de microplastiques modifie les communautés microbiennes dans l'ensemble du tractus gastro-intestinal des deux espèces d'oiseaux de mer. La quantité de microplastiques dans l'intestin est en corrélation avec la diversité microbienne et la composition de la communauté bactérienne intestinale : les microplastiques sont associés à une diminution des bactéries commensales et à une augmentation des microbes pathogènes (zoonotiques), résistants aux antibiotiques et dégradant le plastique.

Les scientifiques accordent une attention particulière au microbiome intestinal en tant qu'indicateur de santé et élément clé de l'immunité et du bien-être de l'animal hôte. Plus il y a de microplastiques dans l'intestin, moins il y a de bactéries commensales détectées. Les bactéries commensales remplissent des fonctions essentielles dans l'organisme, qui vont bien au-delà de la digestion et du métabolisme des nutriments, et jouent un rôle central, par exemple, dans la modulation immunitaire et la protection contre les agents pathogènes. Des perturbations peuvent altérer de nombreux processus liés à la santé et conduire à des maladies de l'hôte.

Les mécanismes exacts à l'origine des effets des microplastiques sur le microbiome intestinal des animaux sauvages ne sont pas connus, mais les chercheurs ont déjà présenté plusieurs scénarios possibles. "Outre les conséquences des blessures mécaniques, les agents pathogènes transportés par les microplastiques ou les perturbations chimiques causées par les polymères plastiques pourraient également entrer en ligne de compte", explique le professeur Simone Sommer, directrice de l'institut. L'objectif principal des chercheurs est de mieux comprendre si et comment les organismes dont le régime alimentaire est chroniquement contaminé par des microplastiques sont affectés.

L'approche interdisciplinaire entre la recherche sur les microplastiques et le microbiome est innovante. Jusqu'à présent, seules quelques études pilotes ont été publiées, mais les résultats obtenus en laboratoire sont souvent basés sur des concentrations élevées de microplastiques. Celles-ci peuvent ne pas être représentatives des concentrations observées dans la nature. Cependant, la nouvelle étude dirigée par l'Institut d'écologie évolutive et de génomique de conservation de l'université d'Ulm montre que des changements dans le microbiome se produisent déjà à des concentrations de microplastiques présentes dans l'environnement et ingérées par les espèces concernées. "Nos conclusions reflètent la situation actuelle dans la nature. Étant donné que l'homme absorbe également des microplastiques dans l'environnement et par le biais de la nourriture, cette étude devrait servir d'avertissement pour nous, les humains", déclarent les auteurs de l'étude.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Publication originale

Autres actualités du département science

Actualités les plus lues

Plus actualités de nos autres portails

Découvrez les derniers développements de la technologie des batteries !